Produire de la chaleur

En France, la production de chaleur représente la moitié des consommations finales d’énergie et est encore majoritairement basée sur les combustibles fossiles. L’ADEME soutient via le Fonds Chaleur le déploiement des Énergies renouvelables thermiques (EnR) et des réseaux qui y sont associés. Nous favorisons leur développement pour atteindre les objectifs de 23 % d’EnR à horizon 2020 et de 38 % à horizon 2030.

Sommaire du dossier

Géothermie

En Bourgogne-Franche-Comté, le potentiel de développement concerne quasiment exclusivement la géothermie dite très basse énergie aussi appelée géothermie de surface ou intermédiaire.

Catégories de géothermie

On distingue classiquement trois grandes catégories de géothermie :

  • la géothermie haute énergie, pour des températures supérieures à 150 °C, qui peut permettre d’alimenter un réseau de chaleur ou produire de l’électricité ;
  • La géothermie basse énergie, pour des températures comprises entre 30 °C et 90 °C ;
  • La géothermie très basse énergie ou intermédiaire, pour des températures inférieures à 30 °C.

À l’exception de la source chaude de Bourbon-Lancy, située en Saône-et-Loire (71) dont l’eau jaillit à 58 °C, il n’existe pas de potentiel en Bourgogne-Franche-Comté pour la géothermie haute et basse énergie.
Le potentiel réside donc dans la géothermie dite très basse énergie, qui se trouve essentiellement dans les couches superficielles du sous-sol c’est-à-dire se situant à une profondeur inférieure à 200 m. À ces profondeurs, les niveaux de température (inférieures à 30 °C) de cette ressource ne permettent pas un usage direct pour la production de chaleur. Au moyen de pompes à chaleur, la température est relevée afin d’atteindre un niveau exploitable pour le chauffage des bâtiments, la production d’eau chaude sanitaire ou l’utilisation pour des process.

La géothermie intermédiaire concerne deux classes d’installations qui permettent d’exploiter le potentiel du sous-sol peu profond :

  • les Pompes à chaleur (PAC) sur aquifères superficiels (production inférieure à 200 m) ou « PAC sur eaux de nappes » ;
  • les pompes à chaleur sur champs de sondes géothermiques.

Titre image

Pompe à chaleur sur aquifères superficiels (nouvelle fenêtre)

(JPG - 167 ko)

Pompe à chaleur (PAC) sur aquifères superficiels
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Titre image

Pompe à chaleur sur champs de sondes géothermiques (nouvelle fenêtre)

(JPG - 192 ko)

Pompe à chaleur sur champs de sondes géothermiques
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

On assimile également à cette ressource dite très basse énergie la récupération d’énergie sur eaux usées.

Potentiel en région

En région, deux atlas de potentiel géothermique réalisés par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) respectivement publiés en 2010 (Franche-Comté) et en 2017 (Bourgogne), permettent une première approche pour mieux appréhender les opportunités régionales de développement de la géothermie très basse énergie.

Quelques documents de référence

Passer à l'action

Énergies thermiques en collectivités

La collectivité peut produire de la chaleur renouvelable pour son patrimoine propre ou pour la distribuer sur un réseau de chaleur (biomasse, géothermie, solaire thermique, valorisation énergétique des déchets…) alimentant ainsi tout type de bâtiments.

Énergies thermiques en entreprises

Les entreprises peuvent produire de la chaleur renouvelable pour leurs propres process ou pour la distribuer sur un réseau de chaleur (biomasse, géothermie, solaire thermique, valorisation énergétique des déchets…) alimentant ainsi tout type de bâtiments.