Énergies thermiques en entreprises

Les entreprises peuvent produire de la chaleur renouvelable pour leurs propres process ou pour la distribuer sur un réseau de chaleur (biomasse, géothermie, solaire thermique, valorisation énergétique des déchets…) alimentant ainsi tout type de bâtiments.

Sommaire du dossier

Pourquoi recourir aux énergies renouvelables thermiques ?

En France, la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), définie des objectifs nationaux en termes d’Énergies renouvelables (EnR) :

  • augmenter la part des énergies renouvelables, qui était de près de 15 % en 2014 :
    • à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020,
    • à 32 % de cette consommation en 2030 ;
  • en 2030, les EnR devront représenter 40 % de la production d’électricité, 38 % de la consommation finale de chaleur, 15 % de la consommation finale de carburant et 10 % de la consommation de gaz ;
  • multiplier par 5 la quantité de chaleur renouvelable et de récupération distribuée par les réseaux de chaleur.

Tout en essayant de maîtriser et de réduire ses consommations, les entreprises doivent réaliser des choix énergétiques qui contribueront à l’atteinte de ces objectifs.

Pour une entreprise, recourir aux EnR c’est d’abord maîtriser ses coûts, car les coûts de fonctionnements des installations alimentées par des EnR sont plus faibles. Le prix des énergies renouvelables est plus stable et moins sujet aux variations géopolitiques. Par exemple, le prix bois énergie est très peu fluctuant et l’énergie solaire est « gratuite ».

Dans le cadre de politique de type « Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) », c’est une façon de valoriser les efforts de son entreprise en matière de transition énergétique au sein du territoire.

C’est aussi devenir un acteur de premier plan : un fournisseur de chaleur, en valorisant la chaleur fatale du site au sein d’un réseau de chaleur à proximité.

Enfin, la Contribution climat énergie (CCE) aussi appelée taxe carbone, impacte fortement et de plus en plus les énergies fossiles carbonées. Concrètement, entre 2017 et 2022 l’impact de la CCE sera de +11 €/MWh sur le gaz et +15 €/MWh sur le fioul. Cela va rééquilibrer le prix des fossiles en faveur des EnR.

C’est aussi un engagement environnemental par la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et notamment de CO2, qui contribue à respecter les engagements nationaux et internationaux.

En savoir plus

Géothermie

En Bourgogne-Franche-Comté, le potentiel de développement concerne quasiment exclusivement la géothermie dite très basse énergie aussi appelée géothermie de surface ou intermédiaire. Catégories de géothermie On distingue classiquement trois grandes catégories de géothermie : la géothermie haute énergie , pour...

Bois biomasse

La filière bois énergie est complémentaire, voire indispensable, pour la pratique d’une sylviculture s’inscrivant dans un objectif de gestion durable , dont un des objectifs est de produire du bois d’œuvre de qualité : elle permet de valoriser les bois...

Réseaux de chaleur

Le réseau de chaleur est l’outil indispensable de la Transition Énergétique, car il permet de distribuer de manière efficace de la chaleur produite à partir d’énergies renouvelables et de récupération.